Sahel. Des banques de céréales pour assurer la sécurité alimentaire

Sahel. Des banques de céréales pour assurer la sécurité alimentaire

Au Sahel, près de 40% de la population est victime d’insécurité alimentaire. La raison de cette situation ? Un problème d’inaccessibilité aux vivres existants, dû notamment à la spéculation sur les produits alimentaires. Parmi les solutions soutenues par la Fondation Caritas France pour répondre à ce problème : la création de banques de céréales.

Près de 40 % des populations sahéliennes sont victimes de l’insécurité alimentaire. Elles sont particulièrement vulnérables durant la soudure, période entre deux récoltes où la nourriture vient à manquer (jusqu’à neuf mois par an).

Durant cette phase où les stocks de céréales s’épuisent, « la spéculation des commerçants fait doubler ou tripler les prix, et la population – y compris les petits producteurs de céréales – vend le peu qu’elle possède pour se nourrir » explique Anne-Marie Bouviè-Le Guillou au Secours Catholique.

Afin de mieux réguler les stocks et de lutter contre la flambée des prix, la Fondation Caritas France soutient un projet de constitution de banques de céréales (de 5 à 10 tonnes) dans trois pays sahéliens. Conjointement mené par les Caritas locales (Burkina Faso, Niger et Mauritanie), ainsi qu’avec Caritas Belgique, Caritas Espagne, le Secours Catholique et la Fondation Euromed, ce programme prévoit déjà la construction d’une vingtaine de “coopératives” de stockage qui bénéficieront à 3 300 familles.

En y déposant leurs céréales, les producteurs membres s’assurent d’un revenu immédiat mais aussi ont la garantie de pouvoir acheter des denrées au-dessous du prix du marché durant la soudure (notamment dans les régions les plus déficitaires, grâce à une mise en réseau des diverses banques et à des transferts depuis les zones excédentaires). Ils s’ouvrent également à la possibilité de bénéficier de microcrédits pour développer des activités annexes (élevage, maraîchage) et mieux affronter les périodes de pénurie.

  • Financement de la Fondation Caritas France : 78 000 € sur 2 ans

Découvrez aussi