Fondation François d’Assise

Portée par la spiritualité franciscaine, la Fondation François d’Assise veut contribuer à éradiquer la pauvreté morale et matérielle et améliorer ainsi la qualité de vie des personnes et des communautés les plus vulnérables. La Fondation François d’Assise soutient l’action et le service des frères et des sœurs de la Famille franciscaine dans leur mission d’aide au développement.

Actualités

Echos de la zone de migration dans le Bongolave à Madagascar

"En trois ans des familles de sans-abri ou en grande précarité de Tananarive deviennent de vrais paysans sur leurs propres terres" et ce grâce à l'action de l'ASA, association de droit malgache créée en 1991 sous l’égide de la Conférence…
» Lire la suite

« En trois ans des familles de sans-abri ou en grande précarité de Tananarive deviennent de vrais paysans sur leurs propres terres » et ce grâce à l’action de l’ASA, association de droit malgache créée en 1991 sous l’égide de la Conférence Inter-Franciscaine de Madagascar.

L’ASA mène des activités spécifiques dans le domaine de l’action sociale en faveur de groupes marginalisés et démunis de la population malgache. Sa mission est de réussir leur réinsertion socio- économique. 

1rue509-6cd1d  2antanety903  2antanety666

Le processus est simple : deux années de formation sont dispensées  à des familles désirant quitter la rue puis c’est la grande « migration » vers le Bongolave, sur les plateaux du Moyen-Ouest, où une maison et des terres à cultiver les attendent.

Autonomie, investissement, dignité, retrouvez les dernières nouvelles de cette véritable fourmillière qu’est la zone de migration et encouragez ces familles par un don à la Fondation François d’Assise.

Encore plus d’informations sur : www.asa-madagascar.org et sur le site de la Fondation : http://tinyurl.com/zfk7bby

Une mission d’expertise pour l’Ong Togolaise MAREM

Le père Joseph Gontran LABA, responsable de l'ONG MAREM Togo, nous a partagé le premier rapport trimestriel de l’année 2016 (à télécharger en pièce jointe à la fin de l'article). Il donne une idée très précise du nombre d'enfants aidés mais aussi des…
» Lire la suite

Le père Joseph Gontran LABA, responsable de l’ONG MAREM Togo, nous a partagé le premier rapport trimestriel de l’année 2016 (à télécharger en pièce jointe à la fin de l’article). Il donne une idée très précise du nombre d’enfants aidés mais aussi des besoins immenses qui demeurent.

Lancé en 2008, le programme EMERA couvre l’ensemble des activités sociales mises en place pour accompagner les enfants des rues du quartier de BTCI Zongo, depuis leur identification à la rue jusqu’à leur réinsertion effective, soit en famille soit par une formation professionnelle.

Depuis trois années, la Fondation François d’Assise soutient cette ONG togolaise. Dans sa mission d’accompagnement et de soutien aux porteurs de projet, le « Comité projets » de la Fondation François d’Assise a proposé une mission d’expertise afin d’analyser :
  • la situation locale des enfants des rues et son évolution future probable,
  • les possibilités de MAREM d’étendre son action et d’atteindre des taux de réinsertion encore meilleurs,
  • le rapprochement avec d’autres structures existantes afin de jouir d’une meilleure visibilité auprès des enfants,
  • les investissements envisagés pour les trois prochaines années,
  • la recherche de soutiens financiers complémentaires à ceux de la Fondation François d’Assise, en somme d’initier la réflexion d’un plan d’action et de financement à trois ans.

 

????????????????????????????????????

????????????????????????????????????

????????????????????????????????????

????????????????????????????????????

Cette mission a été menée à bien grâce à l’expérience et expertise de M. Bertin Anicet KOKOUVI, expert en appui en gestion comptable des micro-projets et du suivi/évaluation de projets socio-communautaires. Moïse Agbégnon KOUMONDJI cofondateur et chargé de mission au sein de l’association MAREM partage : « Cette mission est arrivée à point nommé pour aider notre équipe à progresser dans notre dynamique de professionnalisation entamée depuis le début de l’année 2015. Elle a accéléré notre processus de recherche de bénévole en comptabilité et nous venons de trouver des amis formés en la matière qui ont accepté de nous accompagner. De plus, MAREM France vient de mettre à la disposition de l’association un logiciel de comptabilité Ciel Compta« .

 

Visitez notre page « Projets en Cours » pour découvrir le soutien que la Fondation François d’Assise apporte aux côtés des enfants des rues. Soutenez l’action du MAREM par un don sécurisé en ligne.

Réunion de travail à Milan avec notre partenaire ATS pro Terra Sancta

Lundi 26 mai dernier, une partie de l'équipe de la Fondation François d'Assise se rendait à Milan, au siège de l'ATS - l'association pro Terra Sancta. Pour rappel, l'ATS assure le développement et le suivi des projets des franciscains de Terre Sainte…
» Lire la suite

Lundi 26 mai dernier, une partie de l’équipe de la Fondation François d’Assise se rendait à Milan, au siège de l’ATS – l’association pro Terra Sancta. Pour rappel, l’ATS assure le développement et le suivi des projets des franciscains de Terre Sainte dans leurs secteurs d’activité à savoir : le social, l’éducation et la formation, le soutien aux urgences dans les zones du Moyen-Orient en conflit et où les franciscains sont présents, la protection et valorisation des Lieux Saints, la conservation et le développement du patrimoine local.

Les membres de Fondation François d’Assise étaient chaleureusement accueillis par Tommaso Saltini, directeur de l’association, entouré de son équipe. Une belle occasion pour ces deux associations sœurs, toutes deux dévouées aux missions des frères mineurs, d’échanger sur leurs philosophies, aires d’influence, méthodes de travail etc. Avec dix années d’existence et une équipe de professionnels répartis entre Milan, Rome et Jérusalem, l’association pro Terra Sancta est un partenaire précieux pour la Fondation François d’Assise.

La journée se terminait par la rencontre du frère Ibrahim Alsabagh, franciscain d’Alep en Syrie, très investi sur les projets d’aide humanitaire à destination des familles encore présentes dans cette ville martyr et souvent plongées dans une grande détresse matérielle et spirituelle. Un temps d’échange précieux mesurer l’urgence de la situation et penser ensemble de nouvelles actions et projets. Encore un grand merci à toute l’équipe de l’ATS, arrivederci !

IMG_4239

Projets

SYRIE : URGENCE ! De l’eau pour Alep

La Syrie est en plein chaos, Alep est de loin la ville la plus touchée. Le couvent Saint-François, sa cathédrale et sa paroisse sont situés dans le quartier d'Azizieh, sur la ligne de front qui sépare l'est de l'ouest de…
» Lire la suite

La Syrie est en plein chaos, Alep est de loin la ville la plus touchée. Le couvent Saint-François, sa cathédrale et sa paroisse sont situés dans le quartier d’Azizieh, sur la ligne de front qui sépare l’est de l’ouest de la ville. L’eau fait cruellement défaut. Véritable arme de guerre, les coupures délibérées de l’approvisionnement en eau sont utilisées pour faire pression sur la ligne de front adverse. Depuis des mois, hommes, femmes et enfants portent des bidons en plastique et font la queue devant des puits et citernes publiques.

Face à l’urgence, les franciscains présents à Alep ont remis en activités deux puits qui fournissent en eau quelques 300 familles chrétiennes comme musulmanes. Ils se sont aussi équipés de camionnettes-citernes et de générateurs; des bénévoles portent ainsi de l’eau à celles et ceux qui ne peuvent se déplace: blessés, personnes âgées, veuves etc. Le soutien de la Fondation François d’Assise a permis l’ouverture d’un troisième puits. 

26017659482_07ef9fbb91_o  25837352340_2a3d6bbebc_o  26017660542_ccc831dbfc_o

Pozzi6

RD CONGO : Eduquer dans la dignité

Les sœurs Franciscaines Stigmatines sont implantées dans le quartier le plus démuni de Kinshasa – Kingabwa. Le taux d’analphabétisation atteint le triste chiffre de 90% de la population. La pauvreté y est tout aussi grande. Créé en 2005, le collège…
» Lire la suite
Les sœurs Franciscaines Stigmatines sont implantées dans le quartier le plus démuni de Kinshasa – Kingabwa. Le taux d’analphabétisation atteint le triste chiffre de 90% de la population. La pauvreté y est tout aussi grande.

Créé en 2005, le collège Marie Stella, compte aujourd’hui 325 élèves dont 85% de filles. Situé dans un quartier populaire et très bruyant, le centre est vétuste et les salles de classes délabrées ; faute de toiture les cours ne peuvent être assurés quand il pleut où quand le soleil est au plus haut. C’est la construction de quatre salles de classe qui sera soutenue au travers de ce projet. 

Iphone20150606 059   Iphone20150606 062   Iphone20150606 060

Sœur Justine Mbaya Musau, directrice du collège Marie Stella, nous écrit : « nous avons créé le centre Marie Stella pour encadrer, instruire et donner du travail à ces jeunes en leur apprenant à lire et à écrire. Notre souci c’est de tout faire pour que ces jeunes deviennent responsables pour que les filles ne tombent pas dans la prostitution ». Grâce au soutien de la Fondation François d’Assise les travaux ont débuté il y a quelques mois. 

DSCN8439 DSCN0012 DSCN8320

VIETNAM : Soigner les minorités ethniques

Le dispensaire de Nha Trang a été créé par les frères franciscains il y a plus de 60 ans. La grande majorité des bénéficiaires sont de jeunes enfants ou des personnes âgées issues de minorités ethniques vivant dans des villages…
» Lire la suite

Le dispensaire de Nha Trang a été créé par les frères franciscains il y a plus de 60 ans. La grande majorité des bénéficiaires sont de jeunes enfants ou des personnes âgées issues de minorités ethniques vivant dans des villages de montagnes reculés. Ces minorités sont exclus de l’accès aux soins, de la formation professionnelle…

25679570690_8e672ea6eb_o  25351415853_2c21ae046f_o  vietnam 2016 (2) IMG_0062  25980121015_1eaf8edde4_o

Le dispensaire de Nha Trang aide la population à faire face au paludisme et à des maladies cutanées comme la gale, il accueille des centaines de malades en consultation gratuite trois fois par semaine
. Il fournit aussi des médicaments et de l’aide alimentaire.

Témoignage : « Je me suis engagé à servir les plus pauvres. Après avoir terminé mon cycle de théologie, j’ai constaté que de nombreuses personnes, surtout chez les minorités, n’avaient toujours pas accès aux soins. J’ai alors demandé la permission à notre provincial de partir étudier la médecine à Ho Chi Minh City. Après 6 années je suis rentré dans notre communauté et les besoins sont immenses : les gens n’ont pas d’argent pour être hospitalisés, les médicaments coûtent cher, tout comme les consultations. Nos fonds sont bien insuffisants pourtant il nous faut continuer » frère Benoit le Huy My, docteur et responsable du centre.