Passage de l’ISF à l’IFI : quel impact sur les dons?

Passage de l’ISF à l’IFI : quel impact sur les dons?

30 représentants des fondations abritées sous l’égide de la Fondation Caritas France ont planché ce début d’année sur les possibles impacts du passage de l’ISF à l’IFI.

Le don ISF, une ressource importante pour les fondations disparaît

Le remplacement de l’’ISF par l’IFI cette année pose la question de la permanence du financement de l’action des fondations, ces dernières ayant collecté 254 millions par ce biais en 2016. Cette même année, l’ISF était payé par 351000 assujettis et rapportait 5,3 milliards d’euros à l’Etat. Parmi les assujettis, 49000 (14%) choisissaient de faire un don défiscalisable à hauteur de 75% de leur ISF. En 2017, cela représente plus de 21 millions d’euros pour la Fondation Caritas et ses 95 fondations abritées.

Une assiette réduite mais un pouvoir d’achat (et de dons) en hausse

Le passage à l’IFI devrait faire baisser l’assiette à moins d’un milliard d’euros et le nombre d’assujettis à environ 150000. Ce qui mathématiquement devrait faire baisser la collecte de plus de 50%. Pourtant plus de 3 milliards de pouvoir d’achat seront rendus aux contribuables les plus aisés au titre de l’ISF et 2 milliards au titre du prélèvement forfaitaire unique (“flat tax”). 

Dans ce cadre, les fondations abritées sous l’égide de la Fondation Caritas France ont tout particulièrement travaillé aux solutions à mettre en oeuvre : pédagogie vis à vis des donateurs et démonstration de l’impact des dons. En effet, tout l’enjeu pour les fondations est de convaincre les contribuables donateurs de continuer à les aider. Cette aide peut se faire au titre de l’IFI, qui reprend les mêmes règles fiscales que les dons ISF, ou de l’Impôt sur le Revenu, le delta entre la déduction ISF et IR n’étant que de 9 points.

Des besoins toujours plus importants, des dons toujours plus efficaces

Si l’ISF disparaît, ce n’est pas le cas de la pauvreté et de l’exclusion. Depuis  8 ans, la Fondation Caritas France finance, grâce à ses donateurs, des projets à fort impact social:

  • En France, ces 8 dernières années, ce sont ainsi :
    • plus de 40 000 personnes accueillies en hébergement d’urgence,
    • 10 000 familles aidées
    • 3000 personnes accompagnées vers l’emploi.

C’est par exemple le cas d’Evelyne, 59 ans, “sortie du désastre” en intégrant un chantier d’insertion Fleurs de Cocagne, ou encore celui d’Hafidha qui a retrouvé un travail après sa formation avec les traiteurs solidaires de la Table de Cana.

  • Dans le monde ce sont plus d’un million de bénéficiaires :
    • 400 000 personnes qui ont aujourd’hui accès à l’eau,
    • 300 000 qui ont accès aux soins,
    • 150 000 agriculteurs appuyés
    • 100 000 réfugiés accompagnés
    • 60 000 enfants scolarisés.

Derrière ces chiffres, il y a des visages comme celui de Kimhiv Thy, ancienne étudiante du restaurant école Sala Baï au Cambodge et qui a aujourd’hui un emploi stable qui lui permet d’aider sa famille. Ou encore celui de Réza, arrivé d’Afghanistan en France a 14 ans et aujourd’hui encadrant pour une association d’aide aux migrants.

L’expertise de terrain et l’énergie déployée par la Fondation Caritas France et les fondations qu’elle abrite ont un impact fort et direct sur le terrain. Pour continuer à changer la vie des personnes accompagnées en termes d’emploi, d’hébergement, de santé ou encore d’éducation, le don est plus que jamais nécessaire.

Découvrez aussi