Vos dons en action: Réza, un parcours d’Exil – épisode 1

Vos dons en action: Réza, un parcours d’Exil – épisode 1

A l’âge de 14 ans, après plus d’une année de périple depuis l’Iran, Reza se retrouve à la rue en plein Paris. Ballotté de foyer en foyer, incompris par l’administration, l’orphelin d’origine afghane trouve un soutien de poids auprès de Parcours d’Exil, une association offrant un suivi thérapeutique aux réfugiés victimes de violences. En 2016, grâce à l’aide de la Fondation Caritas France, l’association a lancé un projet pilote à destination des mineurs isolés étrangers. Un programme d’hébergement et d’aide juridique pour ces jeunes parfois injustement déclarés majeurs par l’Aide Sociale à l’Enfance. Aujourd’hui encadrant pour Parcours d’Exil, Reza, huit ans après son arrivée, les aide à construire leur avenir en France.
Un projet – une histoire

Dans le salon de son petit studio parisien, Reza, 22 ans, sert le thé. D’une voix calme et claire, pesant ses mots dans un français parfait, le jeune homme d’origine afghane entame son histoire. Autour de lui, des étagères remplies de livres et sur une commode, un casque et un béret de l’armée française. Les souvenirs d’une année passée à servir la France, “à regarder tous les matins se hisser le drapeau “ avec fierté. S’il a beaucoup appris et reste prêt à rejoindre les rangs en cas d’appel des réservistes, Reza a choisi une autre voie. Son combat à lui se gagnera sans armes puisqu’il a dédié sa vie à la défense des droits de l’enfant. Pour cet orphelin contraint de grandir trop vite afin d’échapper aux coups du sort et à la violence des hommes, réparer l’injustice est devenu un besoin viscéral.

REZA_1

Le jeune homme l’affirme sans détour : “ce qui a changé ma vie, c’est ma rencontre avec Parcours d’Exil”. L’association créée en 2001 propose un accompagnement médical et thérapeutique gratuit aux personnes réfugiées victimes de tortures et de traumatismes. En 2016, 817 personnes – principalement originaires de Guinée, du Congo (RDC) et d’Afghanistan – ont été prises en charge par l’association. Constituée de médecins, psychologues, psychothérapeutes, art-thérapeutes et kinésithérapeutes, l’équipe entend apporter au patient – mineur comme majeur – un suivi complet. En 2015, Parcours d’Exil dresse un constat alarmant : par manque d’accès au droit, de nombreux mineurs isolés étrangers sont déclarés majeurs par l’Aide Sociale à l’Enfance et se retrouvent à la rue. L’association, grâce au soutien de la Fondation Caritas France, monte un projet pilote : héberger et accompagner juridiquement ces jeunes pour leur permettre de contester en appel le jugement, être reconnus mineurs et bénéficier d’une prise en charge jusqu’à leur majorité.

Devenu encadrant auprès de ces jeunes, Reza se reconnaît en eux et les comprend mieux que personne. “Je leur dis : j’étais comme toi à l’époque, c’était très dur mais on m’a tendu la main, on a cru en moi et j’ai réussi. Aujourd’hui, tu vois, j’aime mon travail. Et je les vois avec le sourire, les yeux qui brillent.” Reza souhaite que son témoignage donne la force à ces jeunes de se battre à leur tour pour choisir leur avenir. Car il y a huit ans, c’est lui qui passait la porte de l’association, avec ses rêves et ses blessures d’exil.

Une histoire racontée par Louise S. Vignaud, illustrée par Manon Baba / Agence Apidae

Découvrez aussi