Cercle Caritas : Passionnante Esther Duflo

Cercle Caritas : Passionnante Esther Duflo

Créé pour permettre aux créateurs de fondations abritées et aux membres de la “famille Caritas” de se rencontrer et d’échanger, le Cercle Caritas a accueilli Esther Duflo. Lors de deux heures d’intervention et de questions/réponses, l’économiste française a apporté une nouvelle vision de la pauvreté et des réponses à y apporter.

Économiste française, et titulaire d’une chaire dédiée à la réduction de la pauvreté et à l’économie du développement au Massachusetts Institute of Technology (MIT), Esther Duflo s’est imposée, à 45 ans seulement, comme une figure intellectuelle majeure de ses secteurs de compétence.

 

Lutter contre la pauvreté, déconstruire ses représentations sociales

La conférence s’ouvre sur les représentations de la pauvreté et leur impact sur la façon dont nous luttons contre elle. Expérience à l’appui, Esther Duflo commence par démontrer l’impact de ses représentations sur notre comportement : il apparaît que nous donnons plus facilement et davantage lorsque la pauvreté est “personnalisée”.

Autre représentation sociale commune, l’idée que les pauvres sont “paresseux”. Cette idée “n’est pas politique, elle est partagée sous différentes formes”. Ses corollaires sont nombreux et immédiats comme la volonté de distribuer de la nourriture plutôt que de l’argent dans des situations de crise humanitaire alors que la première solution coûte cher et que l’impact est similaire.


Le statisticien, la pauvreté et l’étude de terrain

L’une des avancées majeures proposées par Mme Duflo est l’utilisation de nouvelles méthodologies d’évaluation et notamment celle appelée randomisation. Plutôt que d’évaluer une situation auglobal, on peut, en utilisant l’assignation aléatoire, produire des groupes similaires afin de déterminer l’impact réel d’une politique sur une cohorte ayant reçu un soutien en la comparant à une cohorte ne l’ayant pas reçu. Ce format de recherche, notamment utilisé dans les processus de validation des médicaments, a été implémenté pour la première fois par Mme Duflo.

De l’éducation au microcrédit, de l’Inde au Mexique, l’évaluation permet de connaître l’impact effectif des politiques de lutte contre la pauvreté et de les adapter pour un meilleur impact. Par exemple, il apparaît que le microcrédit financier a un impact immédiat mais faible. En revanche,  l’accompagnement spécifique de familles très pauvres dans la durée et en fournissant du bétail par exemple a des effets cumulatifs importants. 

Mais une fois les politiques de lutte contre la pauvreté passées au crible des chiffres, il convient néanmoins de pondérer ces résultats par une analyse de terrain en bonne et due forme. Exemple avec l’arithmétique et les enfants indiens.  

Cette présentation de très haute volée a été suivie de plus de 30 minutes de questions/réponses. Efficacité du “don direct”, rapport coût/bénéfice de nouvelles politiques, impact des #préjugés sur le traitement de la #pauvreté… Des échanges passionnants en toute simplicité.

 

Découvrez aussi