Isabelle Bordeau

Alors que la plupart des fondations abritées sous l’égide de la Fondation Caritas France (FCF) sont des fondations familiales, la fondation Ensemble EMERA fait exception. Découverte avec trois questions à Isabelle Bordeau.

Alors que la FCF est connue pour son expertise en philanthropie familiale, vous avez voulu créer une fondation d’entreprise sous son égide. Pourquoi?
Dans notre démarche de structuration de notre engagement d’entreprise, nous avons rencontré plusieurs fondations. Et, comme en philanthropie familiale je pense, l’élément humain a été clé. En rencontrant les responsables de l’accompagnement philanthropique, nous avons senti que nous étions au bon endroit.

La question des valeurs a également été importante.
En effet, nous avons beaucoup travaillé sur cette thématique en tant qu’entreprise. Dans ce qui ressortait de nos échanges avec nos salariés, le rapport aux résidents était marqué par les notions de respect de la personne et de bienveillance. Cela rejoint pleinement les modes d’actions et les valeurs de la FCF.

Quelle a été la valeur ajoutée de la FCF ?
La fondation et ses équipes nous ont vraiment permis de structurer notre projet. Nous pensions avoir une idée assez précise de ce que nous voulions faire mais la fondation et ses équipes nous ont aidé à affiner notre politique d’engagement. C’est notamment le cas pour la mise en place de programmes de lutte contre l’exclusion ou l’isolement. D’ailleurs, nous faisons en sorte qu’il y ai un lien entre nos soutiens et les résidents de nos maisons de retraites (restitutions publiques d’ateliers, ventes de produits…), cela permet de faire se rencontrer nos actions et nos métiers.