Les Invités au Festin : citoyenneté et psychiatrie

Les Invités au Festin : citoyenneté et psychiatrie

Créé en 1990, l’association Les Invités au Festin se donne pour mission de “tracer le chemin manquant entre la psychiatrie, le social et la société”. Dans ce cadre, elle mène plusieurs actions visant à la réhabilitation psychosociale et professionnelle des personnes fragiles psychologiquement.

Un lieu pour vivre ensemble

L’aventure des Invités Au Festin (IAF) démarre avec un stage: celui de Marie Noëlle Besançon dans un hôpital psychiatrique dans les années 70. Elle en ressort bouleversée par la situation de patients abandonnés à eux-même sans stimulation relationnelle, affective, physique… Elle décide alors de créer avec son mari une structure dédiée à un projet ambitieux : proposer un lieu de vie avec un accueil de jour d’une part et des résidents en logement-passerelle d’autre part.

Avec le temps, le modèle promu par l’association s’est développé jusqu’à compter aujourd’hui 4 pôles répartis sur 3 lieux à Besançon et ses alentours:

  • Un accueil de jour où 120 personnes viennent participer à des groupes d’entraide mutuelle
  • Une activité de logement-tremplin (30 personnes logées)
  • Une unité dédié à l’accompagnement des maladies psychiques
  • Une entreprise adaptée 

Le travail, un facteur d’indépendance et de dignité

Aux IAF, les participants sont encouragés à participer aux activités des différentes lieux ouverts par l’association. Cela se traduit par des emplois à temps très partiels selon les possibilités des personnes accompagnées. Ces dernières peuvent ainsi prendre des responsabilités à la friperie, à la buvette ou dans la boutique de vêtements neufs de l’association. L’accueil des clients ou la gestion du stock leurs sont ainsi dévolu. Un atelier de couture et de création textile a également été ouvert en 2019.

Malheureusement, les besoins des personnes atteintes de troubles psychiques ne remplissent pas toujours toutes les cases pour obtenir des aides d’état (temps très partiel…). Le dispositif était donc menacé. Mais grâce à une aide de 30 000€ de la Fondation Caritas France et d’un consortium de donateurs, ce sont 13 personnes en situation de fragilité psychique qui voient leur emploi préservé. Pour mieux reprendre pied.

Découvrez aussi