Tissons la Solidarité : retour sur un engagement exceptionnel de la Fondation Caritas France et des fondations abritées.

Tissons la Solidarité : retour sur un engagement exceptionnel de la Fondation Caritas France et des fondations abritées.

Membre du Réseau Caritas France, Tissons La Solidarité regroupe des entreprises d’insertion spécialisées dans les métiers du textile. Au plus fort de la pandémie et de la pénurie d’équipements de protection (masques, surblouses, calots…), un effort exceptionnel a été réalisé pour financer l’équipement du réseau en machines de production.

 

102 000 € pour faire face à la pénurie

Dans le cadre du fonds “Fondations Solidaires Urgence Covid19”, la Fondation Caritas France et 30 fondations abritées sous son égide ont  apporté 102 000€ au réseau Tissons la Solidarité. Cette somme a permis de réaliser les investissements nécessaires pour équiper les entreprises : machines à coudre professionnelles, surjeteuses, tables de découpe… 

Dans le cadre d’une convention signée avec le réseau, ce financement a bénéficié à de petites structures implantées à Thonon, à Châteauroux, à Belfort, dans les Hautes-Pyrénées, dans la Marne, à Caen, à Pontarlier ou en Ardèche. Entre la mi-mars et la fin mai ce sont ainsi 178 162 masques, 2096 blouses et 1 208 calots qui ont été cousus.

 

Un soutien de long terme. 

Alors que le plus dur de la crise sanitaire semble derrière nous, le spectre d’une surproduction de masques a surgi ces dernières semaines. Si la production de masque a effectivement chuté, le réseau avait anticipé cette possibilité et n’a pas abandonné ses autres activités historiques : collecte et revente de textiles de seconde main, retouche-couture, laverie mais aussi upcycling voire anonymisation pour certaines marques de luxe.  

De plus, Tissons la Solidarité avait encouragé ses membres à acquérir des machines ou des compétences qui soient réversibles et ne servent pas uniquement à la confection de matériel médical ou paramédical. Un membre du réseau a par exemple été orienté sur un autre type d’outil que celui qu’il souhaitait acquérir à l’origine, ce dernier étant trop spécialisé. Enfin, les conventions signées entre le réseau et ses membres prévoient la possibilité de rétrocéder du matériel pour le mettre à disposition d’autres membres du réseau.

Découvrez aussi