COVID19 – Confinés mais mobilisés – la Fondation Caritas France soutient Parcours d’Exil

COVID19 – Confinés mais mobilisés – la Fondation Caritas France soutient Parcours d’Exil

Grâce à un soutien de 25000€ de la Fondation Caritas France, Parcours d’Exil poursuit son accueil des réfugiés victimes de torture même en période d’exception.

L’état d’urgence sanitaire décrété la semaine passé pèse en effet fortement sur les activités des associations. Dans ce contexte, la Fondation Caritas France étudie plusieurs demandes urgentes et a déjà répondu à plusieurs d’entre elles.

L’Association Parcours d’Exil accompagne depuis 16 ans des personnes réfugiées, victimes de tortures dans leur pays d’origine. Chaque année, ce sont plus de 800 personnes qui sont reçues au centre de soin de l’association, où une prise en charge médicale, psychologique et sociale peut alors commencer.

Quand le trauma empêche l’accès au droit

Torture ou violence d’état, excision, mineurs isolés, de nombreux réfugiés sont poussés au départ par des situations dangereuses pour leur santé et leur sécurité. Arrivés en France, ils sont alors souvent dans l’incapacité de raconter leur histoire et de faire valoir leur droits. En effet, comment raconter à un parfait inconnu, en charge de votre demande d’asile, la persécution ou les sévices ? Et dans cette situation, comment être pleinement reconnu dans ses droits?

Si elles sont particulièrement difficiles à dire, les souffrances endurées le sont aussi à entendre. En conséquence, les thérapeutes ne sont embauchés qu’une seule journée par semaine pour limiter le poids des consultations et sans quoi “ils craquent” nous dit Clémence Chamoin, cheffe de service de l’association. 

Parcours d’Exil accueille de manière inconditionnelle les patients qui poussent la porte de son local. Elle leur garantit un suivi confidentiel et de qualité, couplant visite médicale, ateliers de soin (ostéopathie, art-thérapie, yoga-thérapie) et ateliers d’insertion (cours de français, d’information ou d’insertion professionnelle). L’association organise également des sorties culturelles comme à la Philharmonie de Paris afin de proposer “une pause de beauté” dans un quotidien difficile..

Face au COVID19, quelle continuité de l’activité ?

Dans le contexte particulier de l’état d’urgence sanitaire, l’association poursuit ses activités en les adaptant. Ainsi, le centre de soins reste ouvert quoiqu’avec une activité réduite. Mais rien ne remplace le contact humain : dans les premiers jours du confinement, un médecin a appelé un patient qui disait vouloir mettre fin à ses jours et l’a invité à se présenter au centre. Les autres activités de l’association (ateliers thérapeutiques ou d’insertion) sont mis en pause.

Au-delà des soins, les mesures de confinement interrogent la capacité de l’association à poursuivre son travail sur le long terme: les financements publics sont retardés et la crainte est grande de voir les engagements baisser en sortie de crise. A très court terme, “Nous avons aujourd’hui une vraie inquiétude sur notre trésorerie et notre capacité à payer les salaires.” indique Sandra Bignier, Déléguée Générale de l’association.

Pour permettre à l’association de passer ce difficile cap et maintenir une activité essentielle, la Fondation Caritas France soutient Parcours d’Exil à hauteur de 25 000€

Retrouvez d’autres associations soutenues face à l’état d’urgence sanitaire ici.

Découvrez aussi