[Vos dons en action] La Fondation Caritas France accompagne Ikambere dans la définition de sa stratégie de développement !

[Vos dons en action] La Fondation Caritas France accompagne Ikambere dans la définition de sa stratégie de développement !

Ikambere est une association basée en Seine-Saint-Denis et dont le nom signifie « la maison accueillante » en kinyarwanda (langue du Rwanda). Depuis sa création en 1997, elle a accompagné plus de 3000 femmes vivant avec le VIH  vers l’autonomie. Pour accompagner l’association dans son développement, la Fondation Caritas France a financé un diagnostic stratégique réalisé avec l’ADASI.

 

Projet associatif et cartographie des missions : identifier la valeur ajoutée de l’association

L’accompagnement proposé par l’ADASI démarre par un travail sur le « cœur du réacteur » associatif : son objet social (sa raison d’être pour reprendre une terminologie du monde de l’entreprise) et ses missions. Ce travail permet de s’assurer que la gouvernance est alignée sur les buts de l’organisation et de dessiner ses modes d’action.

Les missions d’Ikambere se déclinent en 4 volets qui se scindent en travail hors les murs ou au sein de l’association :

1 et 2) Les actions « hors les murs » de prévention/dépistage dans les foyers de travailleurs migrants et hôtels sociaux et de médiation en santé dans les hôpitaux de la région. Ces actions « hors les murs » visent à aller à la rencontre de publics vulnérables, éloignés du système de santé.

3) Au sein de son accueil de jour, l’association accompagne les femmes vivant avec le  VIH leur permettant d’accéder l’autonomie

=> Ikambere est l’un des rares acteurs à proposer une prise en charge globale : santé bien sûr mais aussi accès au droit ou au logement, lien social, insertion professionnelle, accompagnement administratif, estime de soi…

4) Ikambere capitalise et diffuse son savoir-faire en organisant des colloques, en réalisant enquêtes et guide pratiques ainsi qu’en formant les professionnels de santé et intervenants en lien avec les publics cibles de l’association

 

Un contexte qui oblige à repenser l’action de l’association

@akamilenaberndt

Depuis sa création en 1997, l’association a vu changer les perceptions du VIH et des publics qu’elle accompagne. Le VIH s’est banalisé, et est de plus en plus considéré comme une « maladie chronique », alors que le nombre de contaminations annuelles stagne aux alentours de 6400 (152 000 personnes vivent en France avec le VIH dont 30 000 qui l’ignorent). Au-delà du VIH en lui-même, les parcours de migration sont de plus en plus violents et subis. Conséquence indirecte : les populations primo-arrivantes restent plus longtemps dans des situations de précarité et la durée d’accompagnement s’allonge, et l’accès au logement ou à l’emploi se complexifie.

Dans ce cadre, l’association veut poursuivre et amplifier son action en renforçant et déployant sa méthodologie. C’est-à-dire en répondant mieux aux besoins des femmes accueillies par l’association d’une part et en étendant sa couverture à d‘autres zones géographiques. Avec en ligne de mire, le développement de solutions nouvelles et la possibilité de faire profiter à d’autres de sa méthodologie .

Un soutien pour regarder vers l’avenir

Grâce au financement de la Fondation Caritas France, Ikambere a ainsi pu modéliser son fonctionnement associatif et faire émerger les aspects les plus efficaces de son dispositif. Elle a également pu cartographier ses parties prenantes et dispose désormais d’éléments pour envisager sa stratégie de moyens (humains, économiques…) et démultiplier son impact social.

 

Découvrez aussi