Caritas Inspiring Talks – 10 bougies soufflées en inspirant

Caritas Inspiring Talks – 10 bougies soufflées en inspirant

Le 13 juin dernier, 250 membres de la famille Caritas étaient réunis au Collège des Bernardins pour célébrer les 10 ans de la Fondation Caritas France. Pour cette première édition des « Caritas Inspiring Talks », 10 témoins sont venus raconter leurs chemins de vie et d’engagement. Retour sur un voyage inspirant dans les pas de celles et ceux qui luttent au quotidien contre la pauvreté et l’exclusion.

De Louvain-la-Neuve à Paris en passant par le Rwanda

Après une brève introduction par notre président Dominique Dubois, c’est notre Délégué Général, Jean-Marie Destrée qui monte le premier sur scène. De sa première expérience en volontariat international en Bolivie à la création de la Fondation Caritas France, il nous dit son parcours : responsable du service Urgences du Secours Catholique dans les années 90 et à ce titre envoyé en Bosnie ou au Rwanda. Il nous dit aussi ses rencontres avec Antonio, Jose, Beatriz… Celle avec Régis du Vignaux, ancien amiral qui devint son adjoint et dont la veuve et le fils sont dans la salle.

Nous sommes tous légitimement très fiers du chemin parcouru. Mais à eux seuls les chiffres ne peuvent pas évoquer toute la richesse humaine de cette aventure. Alors ce soir, 8 personnes vont vous présenter leurs chemins d’engagement, de solidarité, d’innovation sociale. Mettez vos pas dans les leurs, sur les chemins de brousse comme sur l’asphalte des banlieues, vous ne serez pas déçus du voyage !

Et quel voyage ! En 2 heures vite passées, nos témoins nous emmènent à travers le monde et au coin de la rue. Cela commence par Sarah Berthelot et Olivier Peyroux, qui nous emmènent dans les bidonvilles d’Ile-de-France et battent en brèche nos préjugés sur les Roms ou la traite des êtres humains et ces enfants victimes et non coupables.

Préjugés et belles histoires

S’il est bien un autre groupe de personnes qui souffre des préjugés à son encontre, c’est sans aucun doute celui des personnes fragilisées par un trouble psychique. Céline Aimetti monte alors sur scène pour nous parler du Clubhouse France, ce format original d’accueil de jour permettant de faire le lien entre institution médicalisée et monde du travail. Faire le pont entre deux mondes, c’est également le crédo de Florian du Boÿs qui avec son Ecole des Plombiers du Numérique forme des décrocheurs aux métiers des infrastructures numériques (pose de la fibre optique). Florian et Céline ne parlent pas que de leurs projets, ils nous racontent surtout l’histoire de celles et ceux qu’ils accompagnent, comme Steve:

« 5 années d’errance à ne rien faire, il rejoint le projet [des plombiers du numérique] parce que sa mère lui a dit d’y aller et que ça ne durait que 3 mois. Steve ne savait rien faire, mais il était à l’aise avec l’outil informatique. Aujourd’hui il travaille dans un bureau d’étude qui recrute généralement des bac + 2. »

Des chemins de brousse…

Une rapide pause et nous voilà maintenant en Afrique. Lucile Cornet-Vernet se souvient des événements qui l’ont conduite à « faire le job pour l’Artemisia » et permettre de répandre sur le continent africain l’usage de cette plante, particulièrement efficace pour lutter contre le paludisme. Sur ces mêmes chemins de brousse, c’est ensuite Marie Mitterrand qui nous emmène au Niger là où, avec la Fondation Yara LNC, elle a ouvert un internat passé en 20 ans de 12 à 400 élèves. Elle nous raconte « son coup de foudre » avec ce pays aride et le « fil d’amour » qu’elle a tissé avec les enfants qu’elle accompagne.

Un peu plus loin, c’est Philippe de Roux d’Eau et Vie, qui nous explique le long et difficile travail qui permet d’amener l’eau potable et la dignité aux habitants de Manille aux Philippines, d’Abidjan en Côte d’Ivoire ou de Dhaka au Bangladesh.

… au bitume des cités

Ce tour du monde étourdissant nous ramène enfin près de chez nous : aux portes de la capitale, en Picardie. Franck Billeau, fondateur du Réseau Eco Habitat nous dit l’habitat indigne en milieu rural : des femmes et des hommes qui luttent pour payer les factures de fioul ou d’électricité, les chambres « partagées » avec les rats… Il nous décrit le travail du réseau pour réaliser des travaux d’isolation et rendre des marges de manœuvres à ces ménages, la confiance qui revient chez celles et ceux qu’il accompagne, les recherches d’emploi qui reprennent.

C’est enfin Anne Charpy du réseau Voisins Malins qui vient nous conter les rencontres qui l’ont forgée et comment elle transmet la confiance et l’énergie qui lui permettent d’aller vers les autres.

J’ai toujours aimé aller vers les gens que je n’ai pas l’habitude de côtoyer. J’ai la boule au ventre… mais j’y trouve un trésor qui libère en moi des forces insoupçonnées.

Pour boucler la boucle, c’est François Dufourcq, nouvellement élu président de la Fondation Caritas France, qui prend la parole pour remercier celles et ceux qui s’engagent et saluer les créateurs de notre 100ème fondation abritée.

Au-delà de ces témoignages, cette soirée fut également l’occasion de partager la flamme qui nous anime et de souffler les 10 bougies de la fondation en inspirant la famille Caritas.

Toutes ces interventions, vous les retrouverez bientôt en vidéo sur notre site et les réseaux sociaux. Restez connectés !

Pour patienter, retrouvez notre brochure 10 ans de générosité: Fondation Caritas France 10 ANS en 10 chiffres

 

 

 

 

 

 

Découvrez aussi