La Fondation Caritas France, 3ème fondation abritante de France

La Fondation Caritas France, 3ème fondation abritante de France

Le Centre Français des Fonds et Fondations (CFF) vient de rendre public sa dernière étude sur les fondations abritantes et sous égide. Ce travail, réalisé en partenariat avec la Fondation Caritas France (FCF), permet de mettre en lumière l’importance sociétale cruciale que revêt l’engagement stratégique des fondations en faveur du bien commun.

 

Un essor des fondations abritées… et abritantes

Premier enseignement de cette étude, le nombre de fondations sous égide a plus que doublé entre 2001 et 2017 avec une nette accélération depuis 2009. Cette date d’accélération coïncide avec la mise en place de la loi TEPA en 2007 et de la défiscalisation du don ISF. Il y a aujourd’hui 1600 fondations abritées en France soit 58% du total des fondations créées dans le pays. En parallèle, il convient de souligner que parmis les 721 fondations ayant la capacité d’abriter, 80 ont choisi d’intégrer cette possibilité à leurs statuts.

Plasticité du secteur et richesse des expertises

Parmi les enseignements marquant de cette étude, celui de la plasticité du secteur et de la richesse des expertises à disposition des fondateurs apparaît comme un autre signe de vitalité. Le rapport souligne que cette richesse favorise la création de fondations sous égide aux approches originales et aux modes opératoires variés. Cette richesse et cette spécificité des expertises a pu être soulignée par Pierre Levené lors d’une présentation du rapport. “Je me souviens avoir indiqué à un futur fondateur que son projet serait mieux abrité dans une autre fondation qui lui ressemblait davantage”.

 

La Fondation Caritas France, 3ème fondation abritante de France

C’est certainement son expertise et cette franchise qui font que la Fondation Caritas France est classée par le rapport comme le troisième organisme abritant en nombre de fondations sous égide (95) derrière la Fondation de France (820) et l’Institut de France (200). Soulignons au passage que la Fondation de Recherche Caritas est d’ailleurs hébergée par ce dernier organisme. Au-delà des chiffres, il convient de souligner la dynamique de la FCF laquelle n’existe que depuis 2008 quand la Fondation de France existe depuis 1969 et l’Institut de France depuis 1795.

 

La FCF, contributrice du rapport

En plus du travail de recherche mené par le CFF, la Fondation Caritas a également pu apporter sa contribution à cette étude par l’intermédiaire de Nicolas Duvoux. Professeur à l’université Paris VIII et lauréat du Prix de Recherche Caritas 2009, il a réalisé une longue étude sur les motivations des créateurs de fondations abritées. Il a ainsi pu rassembler de nombreux verbatims, éclairant d’un jour nouveau le cheminement des fondateurs, témoignages largement cité dans le livrable du CFF.

 

Retrouvez l’étude complète du CFF  

Retrouvez l’article consacré par La Croix à cette étude

Découvrez aussi