Après l’urgence : les acteurs de terrain face à la grande exclusion

Après l’urgence : les acteurs de terrain face à la grande exclusion

La Fondation Caritas France a su répondre rapidement à de nombreuses demandes du secteur associatif pendant la crise sanitaire et le confinement, les acteurs de la solidarité sont maintenant face à la post-urgence. La crise économique et sociale voit en effet les plus fragiles basculer de la précarité à la pauvreté. Pour faire face, la Fondation Caritas France amplifie son soutien aux projets de terrain.

Sans-domicile fixe, un soutien renouvelé aux lieux d’accueil 

Si pour les personnes à la rue le confinement a été particulièrement difficile à vivre, la fin de ce dernier ne signifie pas pour autant une amélioration radicale de leurs conditions de vie. C’est pourquoi la Fondation Caritas France a récemment soutenu deux projets : 

 

  • Le premier à Versailles, porté par Les Cités Caritas, membre du réseau Caritas France. Suite à un accord entre les acteurs locaux (collectivités, bailleurs sociaux…), une rénovation du centre d’accueil situé sur le domaine du château et géré par les Cités Caritas va être réalisée. Cette rénovation va permettre d’accueillir 70 personnes en situation d’urgence ou de stabilisation et de les accueillir dans un cadre plus adapté au travail d’accompagnement social.
  • Le second à Lyon, géré par l’association “Au Tambour!” est tout simplement le premier lieu dédié au bien-être et à l’inclusion des femmes seules et en grande précarité. Elles peuvent s’y mettre à l’abri, en sécurité, manger, dormir et prendre soin d’elles. Car l’hygiène est un facteur essentiel pour la santé, l’estime de soi et la dignité. Au-delà de cet aspect “refuge”, elles peuvent également y trouver des ressources variées (activités, informations…)

 

Migrants et mineurs isolés : mettre à l’abri les plus fragiles

Autre population particulièrement touchée par la crise : les migrants et au premier rang desquels, les mineurs isolés. Si ces derniers relèvent normalement de l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE), une grande partie d’entre eux ne bénéficie pas d’une prise en charge. Pire, lorsqu’ils sont en attente d’une reconnaissance de leur minorité, ils se retrouvent dans une zone grise : ni mineurs, ni majeurs, ils ne bénéficient d’aucune aide sociale. C’est pourquoi la Fondation Caritas France soutient La Casa, regroupement d’associations qui ouvre des lieux d’hébergement spécifiquement dédiés à ce public. 

Plus au nord, à Calais, l’Auberge des Migrants vient en aide aux exilés en leur apportant nourriture, vêtements, matériel de couchage et produits d’hygiène. Et le soutien de la Fondation Caritas France est d’autant plus nécessaire que l’association n’a pas pu collecter des denrées par ses canaux habituels cet été. En effet, sa présence sur les festivals de musique de la région lui permettent de collecter des sacs de couchage par exemple. Avec l’annulation de ces événements, les stocks de l’association sont au plus bas.

 

Les premiers mois de l’année 2020 ont mis les plus fragiles et les acteurs associatifs qui les accompagnent à rude épreuve. Pour faire reculer la pauvreté et l’exclusion, plus que jamais, la Fondation Caritas France poursuit son travail à leurs côtés.

Découvrez aussi