Vos dons en action: Avec le soutien de la Fondation Caritas, la Mécam passe la seconde

Vos dons en action: Avec le soutien de la Fondation Caritas, la Mécam passe la seconde

En France, près d’un Français sur quatre déclare avoir déjà renoncé à un travail ou à une formation faute de moyen pour se déplacer. Dans son combat contre la lutte et l’exclusion, la Fondation Caritas intervient aussi sur ces « freins périphériques » comme avec l’association Passerelles-Insertion et son atelier « Mécam ».

 

La formation, une nécessité pas toujours suffisante

Passerelles-Insertion est une société coopérative de production et un acteur de l’économie sociale et solidaire. Créée à Montpellier en vue de promouvoir l’intégration sociale et professionnelle des personnes en difficulté, elle a acquis un savoir-faire reconnu sur les questions de formation. Mais après 15 ans d’existence, il apparaît que la qualification des personnes ne suffit pas et que ceux-ci peinent parfois à se rendre sur leur lieu de travail.

C’est dans ce cadre qu’est créé en 2002 l’atelier d’insertion « Mécanique Automobile et Aide à la Mobilité » (Mécam). Le but? Former des personnes éloignées de l’emploi à un CAP Maintenance des Véhicules d’une part, et mettre à la disposition des particuliers les voitures ainsi réparées d’autre part.

 

Un rôle « d’urgentiste de la mobilité »

Ce dispositif fait peu à peu ses preuves et s’étend sur le territoire de l’Hérault avec aujourd’hui 4 points relais sur tout le territoire du département. Ces points relais prêtent (moyennant une participation modique et sous conditions) une vingtaine d’autos lesquelles permettent aux bénéficiaires l’accès à l’emploi ou à une formation professionnelle. Ce faisant, Passerelles-Insertion joue un rôle « d’urgentiste de la mobilité », sans lequel l’accès à l’emploi serait impossible pour nombre de personnes. Ces prêts d’autos permettent aux bénéficiaires de se sortir de situations parfois ubuesques : impossibilité d’arriver à l’heure au travail par les transports en commun (même en prenant le premier train), temps de trajet de plus de 4h/jour…

 

Un financement pour « passer la deuxième »

Les bénéficiaires ont d’ailleurs des profils extrêmement hétérogènes (ancien chef d’entreprise ayant fait faillite, mère élevant seule ses 2 enfants…). Le prêt de voiture leur permet de revenir sur la bonne route et, le plus souvent, d’acheter leur propre véhicule à court terme. Après 9 ans d’activité, Passerelles-Insertion s’adresse à plusieurs fondations afin de renouveler et d’étendre le parc automobile à disposition. Ainsi, 4 voitures ont été achetées grâce au soutien de la Fondation Caritas France. Ces véhicules permettent ainsi le maintien dans l’emploi ou l’accès à un emploi à des personnes en difficultés.

 

Aller plus loin

Aujourd’hui, Passerelles-Insertion gère un parc de 20 autos et travaille avec un vaste réseau de partenaires sur tout le département. Au fil du temps, elle est parvenue à maîtriser ses frais d’entretien, à recycler les éléments usagés (pneus, huiles, batteries, ferrailles…) et elle dispense des cours d’éco-conduite et de sensibilisation à la sécurité routière. A terme, l’association souhaite diversifier ses publics bénéficiaires et ses activités afin de ne pas dépendre uniquement de la subvention. Pour ce faire elle réalise aujourd’hui l’entretien de plusieurs parc de vélos de collectivités locales (dans le cadre de marchés clausés par exemple) et gère la réparation de véhicules électriques en partenariat avec l’entreprise d’insertion Mobil’éco. Elle a égalemet en projet un « Garage solidaire » au sein de l’atelier d’insertion Mécam.

 

Si elle agit sur les causes premières de la pauvreté, la Fondation Caritas accompagne également des structures intervenant sur des problématiques dites “périphériques” mais indispensable pour l’insertion des plus fragiles.

 

Découvrez aussi